Académie du val d'Entraunes

Site en cours de développement

Recherche rapide :

Recherche avancée

Mémoires d'ici (page en cours de construction)

Le 17 octobre 2003 L’Unesco adopte la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Par cet acte il met l’accent sur la crainte de voir petit à petit disparaître la vitalité de certaines cultures. La diversité culturelle est menacée

La Convention établit un nouveau concept de patrimoine culturel immatériel, qui renvoie généralement à ce que l’on entendait jusqu’à récemment — et encore aujourd’hui dans une large mesure — par “culture populaire traditionnelle”, “folklore”, “patrimoine ethnologique”, et d’autres concepts, bien qu’il ne coïncide tout à fait avec aucun d’eux. . Par ailleurs, il découle de la Convention que le terme générique pour décrire chacune des unités qui constituent le patrimoine culturel immatériel est le mot “élément”, (de la même manière que pour désigner les unités qui composent l’ensemble du patrimoine monumental on emploie le terme de “bien”). Conformément à l’article 2 de la Convention on entend par “patrimoine culturel immatériel” :

 

«... les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés- que les communautés, les groupes et, les cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. »

 

la Convention établit par la suite que le “patrimoine culturel immatériel”... se manifeste notamment dans les domaines suivants :

a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel;

b) les arts du spectacle ;

c) les pratiques sociales, rituels et événements ;

d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

 

Noter qu’il est dit “notamment”, c’est à dire que cette liste n’a aucune prétention d’exhaustivité et laisse la porte ouverte à d’autres catégories.

 

Dans le cadre de la collecte de témoignages oraux des anciens des communes du Val   d’Entraunes, nous profiterons de l’expertise des Archives départementales des Alpes Maritimes  qui ont choisi de s’inscrire dans un programme de collecte, de sauvegarde et de diffusion du patrimoine immatériel que constitue la mémoire orale des anciens.

Mémoires d’Ici   s’engagera auprès d’elles pour effectuer  les entretiens de ces « récits de vie » et contribuer ainsi à la sauvegarde du patrimoine immatériel du val d’Entraunes.

Site en cours de développement - Version Beta 1.9 - 29 février 2016